Standards Sphere

"Le contraire de bien est la bonne intention", ce proverbe est notamment valable pour une organisation d'aide. Professionnalité et sensibilité culturelle sont aujourd'hui pour une organisation d'aide la condition préalable pour un travail réussi. La collaboration avec tous les acteurs concernés,- y compris d'autres organisations d'aide, des alliances mais aussi des acteurs locaux et nationaux - doit également figurer au centre.

En 1994, les organisations d'aide internationales ont bien ressenti les effets négatifs d'un manque de coopération: Le camp des refugiés à Goma, jadis le plus grand camp pour les réfugiés du génocide de Rwanda au Congo, avait été dénommé "le plus beau camp de réfugiés au monde". 180 organisations d'aide semblaient vouloir se surpasser les uns les autres dans leur soutien pour les réfugiés arrivants au camp. Le fait que beaucoup d'entre eux appartenaient aux malfaiteurs, était d'ailleurs ignoré. Le marché noir avec les dons humanitaires a rapidement pris des dimensions considérables.

CARE était également à Goma. Et CARE a aussi dû dressé un bilan autocritique. Conclusion: Dans l'aide d'urgence, sans une garantie de qualité fiable, les organisations d'aide ne peuvent agir ni de manière efficace et transparente, ni selon leurs principes.

En 1997, CARE et d'autres organisations non-gouvernementales ont présenté le projet Sphère ensemble avec la Croix-rouge et le Croissant-rouge. Ici, il s'agit d'une part, d’améliorer la qualité de l'aide d'urgence pour les personnes touchées par une catastrophe mais aussi de rendre évaluable les effets des mesures humanitaires, donc d'introduire un contrôle de réussite. Le nom Sphere doit suggérer que soulager la souffrance humanitaire lors de catastrophes ou de conflits n'est pas un devoir régionalement différent mais un devoir universel. La dignité de l'homme et son droit à la vie doivent toujours être le point central. 


Ce que Sphère offre

Or, qu'est-ce que Sphère offre- en dehors d'un engagement symbolique - pour le travail pratique des secouristes d'urgence? Comment peuvent-ils orienter leurs actions d'après Sphere? La réponse peut être trouvée dans le manuel de Sphère: "La charte humanitaire et les standards minimums de l'intervention d'urgence". Ensemble, les organisations impliquées ont élaboré ici des standards minimums dans cinq domaines auxquels chaque être humain doit toujours avoir accès: eau et approvisionnement sanitaire, nourriture, aide nutritionnelle, hébergement et infrastructure, ainsi que des soins médicaux. Du besoin minimum en calories à l'immunisation de base, les secouristes trouvent ici des consignes pratiques détaillées pour la planification et la réalisation de leurs projets. Or, ils servent aussi comme recommandations d'intervention et comme échelle à laquelle la qualité de l'aide fournie doit pouvoir être évaluée. Des ateliers réguliers, des évaluations et un site-web interactif complètent le manuel et la gestion commune de la qualité.

Celui qui adhère aux principes Sphere, s’engage sur une base volontaire à fournir un travail transparent, efficace et mesurable. Le respect des personnes que nous aidons est le pilier de toute aide apportée par CARE.